Dans le Coin Musique : Bon anniversaire, Sting !

sting image

 

Sting n’est pas seulement un acteur majeur de la pop anglaise, mais parfois un homme en colère. En témoigne cette réponse à un critique ayant mis au piloris son dernier album.

Lettre de Sting à un critique, Howard Hampton : « Comment se fait-il que cela te soit rentré dans le lard aussi facilement, espèce de débile fasciste de merde ? »

Après la sortie du deuxième album solo de Sting, …Nothing Like The Sun, un article du Village Voice mettait au pilori la musique de l’artiste, décrivant son travail comme de la « merde parfumée ». Quelques jours plus tard, Sting répondait au critique auteur de ce texte par cette lettre cinglante.

icone temps de lecture
Temps de lecture :
2 minutes

Novembre 1987

Cher Directeur,

Oscar Wilde dit : « L’école de la critique où le pire et le mieux sont encensés de la même façon n’est qu’une simple forme d’autobiographie ».

Mmmm,… Tu avais peut-être raison sur ce point, Oscar ; laisse-moi essayer d’expliquer ceci à Howard Hampton.

Oh Howard, comment se fait-il que je te comprenne avec tant de clarté ? Mes dons de voyance maudits alliés à ton écriture transparente te font apparaître comme un eunuque se masturbant sur des photos de crimes de guerre, vautré dans des recoins sordides de la maison close de l’Histoire. Rien de beau ne peut être toléré dans ton monde parce que, sans haine, tu ne sens rien. Tu aimes la perversion et méprises la vie. Je suis tellement content que tu me méprises.

Tu traites Hasil Adtkins* avec condescendance parce qu’il est inepte (ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose – je ne suis pas un critique). Comme il est inepte, il ne menace pas ta fragile confiance en toi ni ton sentiment de supériorité, ténu mais essentiel, sur reste de la race humaine : tu hais la musique et tu hais les gens. Ce n’est pas non plus la faute d’Hasil, mais le seul moyen que tu aies trouvé pour attirer l’attention dans le monde est de menacer de fracasser ma tête contre ton mur, celui de la critique musicale sous le Quatrième Reich.

Si, comme tu dis, le connard fasciste moyen ne serait pas du tout offensé par mon travail, alors comment se fait-il que cela te soit rentré dans le lard aussi facilement, espèce de débile fasciste de merde ?

[…] Tu es parfait, ton écriture possède toute l’hystérie et la haine de soi d’un pédophile, la violence écoeurante et rhétorique d’un néo-Nazi.

Je t’ai donc inclus dans le groupe très select (et heureusement restreint) de psychopathes malades souhaitant torturer mes enfants et découper mon visage au rasoir, et d’autrs choses du même style. Ils radotent dans un circuit fermé de fantasmes indicibles, empoignant fréquemment leur entre-jambes et me disant combien ils ont été vilaiiins.

Et donc Herr Hampton, si nous prenons effectivement rendez-vous et que tu souhaites éclater ma tête contre un mur, il faudra tout d’abord me casser la gueule et malheureusement, tu n’es pas assez vilain pour ça.

Adieu pour le moment,

Avec toute mon affection,

Sting Manhattan

¨PS : J’espère vraiment que cette lettre te rendra célèbre.

*Autre chanteur critiqué par Howard Hamp

 

Source de l’article : deslettres.fr

Un petit commentaire fait toujours plaisir !