Pourquoi culpabiliser sans cesse

Culpabiliser pour un oui ? Mais non !

Culpabiliser :  que l’on soit petit ou grand, on a toujours l’impression de ne jamais « bien faire » ou en tout  cas, de ne jamais suffisamment bien le faire ! Que tout va toujours mal ou de travers.

culpabilité
Le sentiment de culpabilité est insupportable !

Vous êtes nombreux à utiliser tout votre temps à vous poser des tas de questions, (pour la plupart inutiles), sans toutefois y trouver forcément de réponses.

Qu’en est-il exactement de ce sentiment si lourd  à porter ? Peut-on s’en défaire ou faut-il vivre avec, inévitablement ?

Vous pouvez passer près d’un demi-siècle, dans une solitude acharnée et inconditionnelle à vouloir prouver aux autres que vous pouvez y arriver, que vous êtes arrivé et que vous allez y arriver !

Pourquoi culpabiliser ? Pour prouver, prouver, prouver ! 

Mais prouver quoi ? Votre innocence ? Votre responsabilité ? De quoi vous accuse-t-on ? De quoi êtes-vous coupable ? Qu’avez-vous fait de si terrible ou de si mal que vous devriez vous  flageller sans cesse ? Faut-il culpabiliser encore ?

Expier tous les jours, à chaque moment, demander pardon, s’excuser, se sentir en faute vis-à-vis des autres, ne pas être à la hauteur, etc. devient une peine permanente au quotidien.

Vous vous infligez alors des souffrances morales et physiques d’une incroyable virulence, vous saignez du mal que vous croyez  faire aux autres, en les négligeant, en les délaissant… Tout est toujours prétexte à se sentir coupable de quelque chose.

Ce n’est jamais bien, pas assez, pas trop… Vous exigez de vous-même plus que n’en demandent les autres, pour faire bien, mieux…

Vous pensez ainsi vous dépasser, être mieux que mieux et ainsi de suite… Plaire, toujours plaire aux autres en omettant de vous valoriser, en vous oubliant…

 Le sentiment de culpabilité

Adorable, gentil et dévoué… Ça c’est sûr !

Et maintenant ? Que peut-on faire pour vous, belle dame ou beau monsieur ?

culpabiliser
Homme ou femme, nous avons tous ce douloureux sentiment de culpabilité…
  • Il n’y a plus de Roi, il n’y a plus de Prince charmant qui est devenu las de vos colères, de vos hystéries démesurées, de vos insatisfactions et de vos exigences…
  • Vos enfants ne vous disent plus « Maman, Papa, je t’aime, tu sais ! »…
  • La famille qui vous invite à toutes les occasions solennelles (baptêmes, mariages, communions…)
  • Vos amis sont envieux de votre existence et incapables de comprendre vos malaises (mais de quoi te plains-tu ? Tu as tout pour être heureux, non ?)…
  • Ce travail stimulant et créatif pour vous aider à vous épanouir socialement et professionnellement n’existe plus,
  • Il n’y a plus le soleil qui vous fait vibrer en ouvrant les yeux, chaque matin…
  • Et la joie du cœur ainsi que l’amour de la vie en 3D  s’en sont allés…

Bref, il n’y a plus que vous, au milieu de nulle part !

Mais qu’allez-vous faire maintenant ? Est-ce que vous aurez encore le temps ?

Il n’est jamais trop tard pour bien faire !

L’envie d’avoir envie est déjà révélatrice d’une guérison certaine, d’un mieux pour l’avenir, d’un plus pour soi.

Avoir de l’espoir est certainement plus actif que de garder simplement l’espoir.

Passer de la réflexion à l’action est désormais primordial dans ce nouveau choix de vie.

Cela  fait penser à la réalisation d’un film… On écrit le scénario, on choisit ses acteurs et les lieux de tournage, on passe au script, on place le décor et la caméra et bientôt, tout se doit d’être prêt pour le début d’une belle histoire cinématographique.

Chaque réalisation de film est une belle création pour son auteur

Chacun y croit, l’aime et la réalise en fonction de ses pouvoirs, ses compétences et de ses croyances !

Le réalisateur croit en Lui, en sa Foi, en sa Force ! L’acteur, lui, n’est que le miroir de l’artisan…

Votre histoire, à vous, vous devez en être l’auteur, le réalisateur et l’acteur principal ! Ni plus, ni moins…

Tout est à faire… De marionnette, vous devez désormais passer derrière la caméra et voir votre vie autrement que par le bout de la lorgnette.

Et même si vous n’avez pas les aptitudes qu’il faut pour cela, donnez-vous maintenant les moyens !

A force d’écouter tous les autres, sauf vous, vous n’avancez pas, vous reculez même et  souvent, vous finissez par vous enterrer, avant même d’avoir vécu… Pourtant, votre histoire à venir n’est rien d’autre que : « c’est l’histoire d’un amour… », votre histoire, votre vie, l’amour de la vie, l’amour de votre Vie !

Silence… On tourne !

  • Commencez  par vous aimer d’abord,
  • apprenez  à dire non, quand c’est non,
  • mettez-vous  à votre écoute,
  • sentez votre cœur et votre corps à l’unisson,
  • regardez les autres sans toujours être méfiant et craintif,
  • prenez confiance en vous,
  • découvrez qui vous êtes au fond,
  • dévoilez-vous  sans honte ni reproches,
  • donnez par envie et plus par besoin,
  • cueillez le jour qui se meurt et la nuit qui naît,
  • n’ayez  plus  peur du lendemain,
  • ne  maltraitez plus « l’enfant innocent » qui vit en vous,
  • n’en voulez plus à la vie ni à personne… Pardonnez !

Désormais, vous allez vivre … et Vivre pour le Meilleur ! 

(c)Marie Da Cruz – Chançay (37)

Donnez votre avis pour améliorer ce blog : Qu'en pensez-vous ?
  • Incroyable 
  • Intéressant 
  • Utile 
  • Passionnant 
  • Ennuyeux 

Marie Da Cruz

Rédactrice Web – Auteure – Blogueuse en Conseils de Relations du Couple, Développement Personnel, Bien-Etre, Psycho… Marie est aussi à votre disposition pour toute Rédaction d’articles respectant le référencement SEO d’un blog. Si vous êtes intéressé, contactez-la pour établir un partenariat.

Mon site professionnel Les Clés du Bonheur

Ma Page Facebook, Aimezzzzz !!!

Vous avez aimé ? Likez et Partagez !

Vous pouvez me suivre sur Hellocoton

Pour fouiller dans ce blog !

Elle est pas belle la vie

Ne remettez jamais à demain les mots aimables que vous pouvez prononcer aujourd’hui.

N’oubliez pas de dire Je t’aime et Merci, ces mots si courts et si importants, pour ne pas avoir à dire un jour… « Ah! Si j’avais su !
J’aurais dû lui dire que je l’aimais et que je l’apprécias. »
Moi je vous le dis Je vous aime et Merci. Merci d’être là !

Merci pour le café ! Vous êtes super !

http://paypal.me/monblogestunroman

cela sert à récompenser le travail accompli sur ce blog !

5 Comments

  1. 12 juin 2014
    Reply

    C’est un long chemin que de travailler pour cesser de culpabiliser. C’est un réflexe qui dure, qui revient en 1er lieu même si après, en me posant, en réfléchissant, je me rends compte qu’il n’y a pas lieu de culpabiliser ;-).

  2. poupi
    9 janvier 2014
    Reply

    je culpabilise depuis des années.
    Ma mére y est pour quelque chose ,ensuite mon ex,.Puis le DC de ma mère « tout vendre me brise le coeur ;
    Et aujourd’hui :seule , je suis bien seule .Poupi c’est écoutée mais moi qui m’écoute , bref je suis un peu le bouche trou ,je suis là pour les autres , ba il en faut…. mais la vie est belle

    • 9 janvier 2014
      Reply

      Chère Poupi,
      Votre commentaire est d’autant plus intéressant que comme la plupart des gens, vous culpabilisez depuis des années ! Et oui, dès tout petit, on vous apprend « le bien » ou le « mal » et du coup, ce que l’on fait, avec innocence ou sans malice, devient automatiquement sujet à culpabiliser ! Les « fais pas ci », « fais pas ça » sont nécessaires à l’éducation de l’enfant mais sont aussi générateurs de remords, de regrets, de maladresses et donc déstabilisants.
      Du coup, on culpabilise pour un oui ou pour un non. Toutefois, si vous avez confiance en vous (et cela s’apprend !), vous verrez que de moins en moins de choses vous feront culpabiliser. Si vous parvenez à savoir exactement ce que vous souhaitez pour vous et vous seule, peu importe ce que vous diront les autres. Par exemple vendre les biens hérités de votre mère. Vous seule pouvez savoir s’il faut les garder ou pas mais il me semble que la vie n’est pas qu’une question matérielle, n’est-ce-pas ?
      Ceci pour vous dire que l’essentiel est d’écouter ce que vous dit votre coeur. Pareil pour ce que vous définissez comme « bouche trou ».
      Tant que vous donnerez de votre personne sans en imposer les règles, chacun essaiera de vous vampiriser et de pomper toute votre énergie… A vous de faire en sorte de ne donner ou d’écouter que les gens qui vous intéressent vraiment et qui, à vos yeux, le mérite !
      Quoi qu’il en soit, chère Poupi, vous êtes certainement quelqu’un de formidable, qui a beaucoup à donner, à apporter aux gens… Soyez en consciente et continuez d’être comme vous êtes car la Vie est belle, en effet ! Bien à vous.

      • Poupie
        7 avril 2016

        Bonjour Poupi,

        C’est amusant. Nous avons pratiquement le même pseudo. Je comprends votre ressenti, l’ayant « par trop vécu » mais maintenant : Basta !!
        Pour résumer : Carpe diem et ouverture d’esprit avec bienveillance serait plutôt ce que je préfère et suis mais bon….Pas toujours comprise car « électron libre » ! Cà fait désordre, je pense.

        Une simple question à Maria-Cruz. Une « amie » (à présent, j’ai du mal à la croire).
        Juste avant le week-end de Pâques et afin d’être rassurée m’a t’elle dit…etc, s’est permis (en n’ayant pas du tout toutes les informations et ne s’étant jamais déplacée pour les connaitre) de faire le bilan de mon vécu « privé » et m’a tout récemment ET en même temps dit : « Que j’étais une personne généreuse, ayant bon coeur mais une personne orgueilleuse ». J’avoue ne pas avoir compris quoi que ce soit à cette phrase ?
        Pour mieux comprendre ma situation, voici quelques informations. J’ai un cancer agressif depuis début janvier 2015 et suis encore en traitement à ce jour (l07/04/2016) avec un « bug » qui s’annonce à l’horizon. Mon époux avec qui je vis depuis environ 27 ans est fragile psychiquement et a été hospitalisé le 02/03/2016 pour TS suite à une décompensation.
        Je suis obligée de résumer/// Mais, voilà ce que peut dire une personne, qui, de surcroit, me dit-elle, s’inquiète pour moi. Alors que je suis seule pour faire face à ce moment là à l’hospitalisation de mon mari, non sans difficultés, je vous passe les détails.
        Allez comprendre. Pourquoi cette phrase…. »Orgueil » parce que je souhaite aider mon époux.. etc. Jalousie ? Incompréhension sûrement. Inquiétude, je ne le crois pas…La suite me le fait dire.
        Finalement, je pense qu’il n’y a rien à comprendre si ce n’est le manque d’écoute, de bienveillance et d’ouverture d’esprit.
        …..Pourtant, j’en ai passé des heures à l’écouter dont je préfère taire les raisons par discrétion pour elle. Certaines me paraissant trop égoïtes et « perchées »!! comme me disait une connaissance.
        Je ne comprends d’autant moins que, très souvent, trop à mon goût mais c’est mon « mauvais » caractère, on m’a dit de – davantage m’occuper de moi, de prendre plus de temps pour moi et d’arrêter de protéger autant.

        Décidément, je n’y comprendrai jamais rien. Le drame de ma vie ! (Je blague mais il y a, quand même, du vrai).
        Car je suis une optimiste qui aime l’humour, blaguer, trouve que la Vie est belle, qu’elle vaut largement le coup d’être vécu, qu’il y a beaucoup à donner, à apporter aux gens, échanger, recevoir et que – chti coup de gueule !, les « nombrilistes » et « donneurs(ses) de leçons me cassent vraiment et par-dessus tout les pieds. Comme on dit : « Qu’ils balayent déjà devant leur porte ». Poupie

      • 9 avril 2016

        Bonjour Poupie,

        Merci pour votre commentaire, fort intéressant !

        Si j’ai bien compris votre question, il s’agit d’une soi-disant « amie » qui se préoccupe de vous mais qui se permet de vous « juger » !

        En amitié, tout comme en amour, il me semble qu’il s’agit essentiellement d’accepter « l’autre » tel qu’il est et non tel que l’on voudrait qu’il soit…
        Alors, effectivement, son avis sur vous est un peu à l’emporte-pièces et ne veut pas dire grand-chose. Que vous reproche-t-elle au fond ?
        Vous êtes pleine de qualités, toutefois, le mot « orgueilleuse » est lâché !

        Etre orgueilleux n’est pas chose facile à vivre. D’ailleurs, vous pouvez lire cet article sur le sujet ici-même : http://monblogestunroman.com/lorgueil-lun-des-7-peches-capitaux/

        Je pense surtout qu’elle a voulu dire que vous aviez votre propre « fierté » a ne pas vous dévaloriser, à vous battre contre la maladie et à soutenir votre conjoint… En fait, elle vous envie de tant de force et de courage !

        Si je peux vous conseiller, ne cherchez pas forcément à vouloir tout comprendre. Parfois, il n’y a rien d’autre à comprendre que de laisser dire…

        Occupez-vous de vous, prenez soin de ceux qui vous aiment et que vous aimez, entourez-vous de personnes « positives » et non défaitistes ou en perpétuelle recherche d’aide, sachez écouter mais non subir, donnez avec désir et non par obligation… Bref, soyez vous, soyez libre de vos choix, soyez Heureuse !

        Bien à vous et n’hésitez pas à partager les conseils de ce blog autour de vous… A très bientôt Poupie !

Allez-y pour un petit commentaire !