Le bonheur vu par « Alain » …

Propos du philosophe Alain sur le bonheur

Il est ordinaire que l’on ait plus de bonheur par l’imagination que par les biens réels. Cela vient de ce que, lorsque l’on a les biens réels, on croit que tout est dit, et l’on s’assied au lieu de courir. Il y a deux richesses ; celle qui laisse assis ennuie ; celle qui plaît est celle qui veut des projets encore et des travaux, comme est pour le paysan un champ qu’il convoitait, et dont il est enfin le maître ; car c’est la puissance qui plaît, non point la puissance au repos, mais la puissance en action.

L’homme qui ne fait rien n’aime rien. Apportez-lui des bonheurs tout faits, il détourne la tête comme un malade. Au reste qui n’aime mieux faire la musique que l’entendre ? Le difficile est ce qui plaît. Aussi toutes les fois qu’il y a quelque obstacle sur la route, cela fouette le sang et ravive le feu.

Qui voudrait d’une couronne olympique si on la gagnait sans peine ? Personne n’en voudrait.

Alain – Propos sur le Bonheur (1928)
Source :  anecdote tirée du livre de Daniel Ichbiah « Le Livre de LA BONNE HUMEUR » 
Pour retrouver tous les ouvrages de l’écrivain Daniel Ichbiah, vous pouvez consulter son site :

Ces articles peuvent vous intéresser aussi !

D’autres Nouvelles

A découvrir

Au Fil des Mots

Marie Da Cruz Écrit par :

Marie Da Cruz est Auteure, Rédactrice Web, Blogueuse sur le Bien-Etre, le Bonheur, le Couple, la Famille, les Enfants, le Développement personnel et tout ce qui peut rendre Heureux !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *