« J’irai cracher sur vos tombes » de Boris Vian : un film mortel !

Boris Vian est mort durant la projection d’une adaptation d’un de ses romans

 

Boris Vian assista le 23 juin 1959 à la première du film « J’irai cracher sur vos tombes », adapté de son roman. Il désapprouvait fortement l’idée de cette adaptation et était entré en conflit avec les producteurs du film. Peu après le début de la projection, il sera victime d’une crise cardiaque et décédera quelques minutes plus tard.

On se doit de connaître la biographie de Boris Vian si difficile à écrire , voici  ce qu’il faut retenir essentiellement

 

Né en 1920 à Ville-d’Avray . Surdoué , il fait des études à Centrale dont il sort ingénieur . Il se disperse en de multiples activités , musicien de jazz , chanteur , acteur , journaliste , écrivain , il vit avec frénésie et , malgré une santé très fragile il est l’un des principaux animateurs de la vie nocturne parisienne de Saint-Germain – des – Prés .

Ses trois premiers romans , pastiches des romans noirs américains , ( J’irai cracher sur vos tombes , Les Morts ont tous la même peau , Et on tuera tous les affreux ) , publiés sous le pseudonyme de Vernon Sullivan , suscitent le scandale …

Il écrit plusieurs romans où l’émotion et la tendresse se cachent derrière la fantaisie et l’absurde ( L’Écume des jours et L’Herbe rouge ) , il crée des mythes dramatiques qui illustrent l’absurdité et la solitude de la vie humaine ( L’Equarissage pour tous , Les Bâtisseurs d’empire ) . Il laisse des nouvelles ( Les Lunettes fourrées) des poèmes et des chansons ( Cantilènes en gelée ).
De sa courte et trépidante vie , il décède à Paris en 1959, il faut retenir au travers de ses différentes œuvres : sa drôlerie , son insolence et son humour noir qui se mêlent en un savoureux cocktail…Afin de  mieux cerner le personnage qu’était Boris Vian , voici quelques unes de ses citations: » Du temps que les femmes ne votaient pas , on faisait la guerre pour elles . Maintenant qu’elles votent , on la fait pour le pétrole . Est-ce un progrès ? «  » N’importe quel objet peut être un objet d’art , pour peu qu’on l’entoure d’un cadre . »La vie vaut-elle d’être vécue ? L’amour vaut-il d’être cocu ? Je pose ces deux questions auxquelles personne ne répond . » » Le jour ou personne ne reviendra d’une guerre , c’est qu’elle aura enfin été bien faite . » » La question ne se pose pas . Elle en est incapable : il y a trop de vent . »Sources : Dictionnaires : Auteurs de Langue Française , Larousse , Robert , Trésors de la Langue Française . Le Jazz en France

Ces articles peuvent vous intéresser aussi !

D’autres Nouvelles

A découvrir

Au Fil des Mots

Marie Da Cruz Écrit par :

Marie Da Cruz est Auteure, Rédactrice Web, Blogueuse sur le Bien-Etre, le Bonheur, le Couple, la Famille, les Enfants, le Développement personnel et tout ce qui peut rendre Heureux !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *