Allons Enfants…

Nous aimons tous nos enfants. Toutefois, ressentir les choses, faire une pause entre deux actions… Savourer ce que l’on Est et non ce que l’on a… Voici ce que l’on appelle la Pleine Conscience ! En un mot, tout simplement se rendre plus présent à SA propre vie .

Et pour cela, Annick Havard, Neuropsychologue, nous explique aujourd’hui comment améliorer considérablement nos rapports de parents à enfants en seulement quatre étapes déterminantes.  Découvrons vite ses conseils !

Nos enfants sont ce que nous avons de plus précieux au monde et pourtant le métier de parent est probablement l’un des plus difficiles qui soit. Nous souhaitons le meilleur pour notre progéniture mais nous n’avons pas toujours le comportement juste vis à vis d’eux.

Quatre étapes pour améliorer les rapports avec ses enfants grâce à la Pleine Conscience

L’une des raisons est que nous sommes tous sous l’emprise d’une éducation, d’un certain modèle de l’enfant idéal, d’un monde idéalisé qui ne correspond pas forcément à ce que notre enfant nous donne à voir, à ses besoins, à ses capacités, ou à ses désirs.

Une autre raison est que nous sommes souvent plus dans la réaction instinctive, automatique sous l’emprise de nos émotions ou de nos ressentis, de nos mémoires et que nous avons tendance à agir « au quart de tour ». Alors comment procéder ?

Première étape : identifiez vos émotions et votre ressenti et accueillez-les

Il est important de prendre conscience de notre état intérieur : nos pensées et surtout notre ressenti. Vous est-il déjà arrivé de vous sentir agacé, en colère, énervé, ou d’avoir envie d’envoyer votre enfant par la fenêtre ? De vous sentir triste ? Découragé ? Révolté ?

Quelle que soit l’émotion ressentie, il est essentiel d’en prendre conscience puis de l’accueillir pour mieux la transformer.

Souvent, nous sommes assaillis par ces émotions qui surviennent par surprise et nous nous laissons d’autant plus emporter par nos réactions automatiques. C’est pourquoi l’étape 2 est fondamentale pour ne pas retomber dans nos vieilles habitudes de pensées ou nos comportements habituels.

Deuxième étape : vous calmer et différer votre réponse

Quand vous identifiez la colère ou une autre émotion similaire, utilisez la respiration (notamment l’expiration) pour vous dégager de cette emprise et vous créer un espace intérieur. Revenez au présent, calmez-vous et constatez que nous n’êtes pas cette colère ou cette émotion. Faîtes une vingtaine de respirations (abdominales si vous le pouvez) afin de vous calmer, d’apaiser votre mental et d’accéder à un esprit plus clair. Et seulement après réagissez.

Pour vous aider …

C’est cet espace entre la survenue d’une situation qui vous stresse et votre réponse qui fera la différence.

Pour vous accompagner dans ce travail si vous en éprouvez le besoin, vous pouvez vous aider des vidéos suivantes en cliquant sur le lien suivant :

http://www.pleineconscience-mbsr-lyon.com/#!accueil/cdtu

Troisième étape : si votre enfant réagit, c’est preuve qu’il est en bonne santé et qu’il a des choses à exprimer

Enfant difficile ? Ecoutez-le…

Accueillez les colères, les bouderies, les réactions désagréables comme des signes de bonne santé visant à s’exprimer et à faire passer un message important pour lui.

En développant l’empathie, en essayant de se décentrer et de comprendre les besoins de l’enfant qui ne sont pas forcément les vôtres, vous favoriserez cette expression. Votre enfant sait plus ou moins consciemment ce dont il a besoin. A vous de l’aider à mettre au clair ce besoin, à l’identifier en pratiquant l’écoute active et en l’aidant à trouver ses propres solutions.

Quatrième étape : l’accepter tel qu’ il est

Souvent, nous avons dans la tête le modèle idéal de ce que devrait être notre fils ou notre fille. Or, il est fondamental de l’accepter tel qu’il est. Dans toute personne, potentiellement, il y a plus de positif que de négatif. Il s’agit de reconnaître ses forces et ses ressources pour d’une part développer la confiance en lui et l’aider à s’accomplir avec authenticité. Votre enfant est un être original, acceptez-le dans ce qu’il a d’unique et de précieux.

L’acceptation fait partie des concepts phares de la pleine conscience ainsi que le non jugement : il s’agit de l’aider à avancer dans sa vie en respectant son être. En le prenant là où il est, en abandonnant l’idée de vouloir que les choses soient autres, ou que son enfant soit autre !

Ainsi, en travaillant sur cette relation, notre enfant peut devenir un guide qui nous permet de grandir et d’évoluer sur un plan personnel.

J’espère que ces quelques éléments auront pu trouver un écho chez vous et vous apporteront réconfort et soutien.

Avec toute ma gratitude…

Qui est Annick Havard ?

 

Annick Havard – Consultante pour coaching en entreprises

Neuropsychologue de formation, Annick Havard anime des cycles de méditation Pleine Conscience depuis 2010. Formatrice MBSR, formée à la réduction du stress par la Pleine Conscience selon le cursus du Center For Mindfulness in Medicine, Health Care and Society (CFM) de l’Université du Massachussetts (USA), fondé par Jon Kabat-Zinn. Elle est aussi membre actif de l’ADM (association de développement de la Mindfulness en France).

Pour en savoir plus sur ces techniques, vous pouvez cliquer sur son site  http://www.annickhavard.com/

Ces articles peuvent vous intéresser aussi !

D’autres Nouvelles

A découvrir

Au Fil des Mots

Marie Da Cruz Écrit par :

Marie Da Cruz est Auteure, Rédactrice Web, Blogueuse sur le Bien-Etre, le Bonheur, le Couple, la Famille, les Enfants, le Développement personnel et tout ce qui peut rendre Heureux !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *